Au banc des accusés…


Bon, je dois me confesser: j’avais un super repas en tête en ce vendredi 4 avril! J’ai donc obligé le pauvre Louis à se déplacer jusqu’à chez Norref (qui me tient lieu de banquier, psychologue , prophète et meilleur ami) pour acheter les 500 grammes de protéines qui me séparaient du bonheur de vivre et là… pfuit! En revenant à la voiture, soudainement… je n’avais plus du tout le goût de manger le super-plat-génial-maroquino/juif que j’avais repéré dans un de mes (trop nombreux) livres (probablement que ce billet et cette recette, vous les aurez demain. Pour un avant goût: ce sont des boulettes de poisson dans une sauce tomate épicée, avec des artichauts frais en accompagnement et du pain libanais plein de beurre). Donc: GO, on va au LOBLAW faire des achats compulsifs!
WOW, j’ADOOOOOORE le Loblaw à côté de chez Norref, il est méga génial! Et… allez, je vous fais une petite confession gênante: moi, quand je vais dans ce genre d’épicerie, je prends, en me promenant entre les rayons… un café!!!! Oui oui, Louis va (contre sa volonté, pauvre petite chose) nous chercher des cafés et on se ballade trèèèèès lentement dans l’épicerie, et je commante ABSOLUMENT TOUT en sirotant ma boisson tiédasse pendant que Louis pousse des soupirs que vous pouvez entendre jusque chez vous si vous tendez l’oreille!La promenade se déroule ainsi: je regarde les ingrédients, l’apport nutritionnel, la forme, l’odeur, de TOUT ce qui me passe sous le nez. C’est loooooooong, vous ne pouvez pas savoir! Et en général, je mets des trucs dans le panier et à la fin, je demande à Louis d’aller en replacer la moitié car je ne suis plus certaine que c’est absolument nécessaire d’acheter toute cette bouffe. À la fin, il pleure tellement il en a sa claque. Pourtant, je n’ai aucun sentiment de culpabilité envers lui, et vous savez pourquoi? Monsieur me parle au moins 5 heures/semaine de hockey, et dieu sait que je m’en sacre de ça, alors lui, il peut bien souffrir une petite heure devant le rayon des courgettes, vous ne croyez pas?!?Si vous ne me trouvez pas déjà assez mongole, voilà, j’en rajoute une petite dernière: dans le temps des fêtes, moi et Jérôme, ont est allé magasiner ensemble dans le centre-ville. Nous étions tous les deux un peu “lendemain de veille”, donc on décide d’aller se chercher une bouteille d’eau dans une épicerie. Et ben, imaginez-vous que je suis restée un bon 15 minutes devant un rayon entier de bouteilles d’eau à regarder… les ingrédients (et les designs de bouteilles, tout de même, je ne suis pas folle à ce point là)! Interne, interne pas? Mon médecin n’a pas encore statué.
Donc, tout celà pour en venir à mes achats compulsifs de stuff congelé de la mer afin de me payer, devant la télé (my god, on a essayé d’écouter l’émission de retrouvailles à TVA… sans commentaires!), une dégustation trèèèès raffinée de cossins préparés et sur-emballés. Non mais, c’est je genre d’activité qu’on rêve de faire un vendredi soir en couple, non? Qui veut échanger sa vie contre la mienne?
Donc, au menu et au banc des accusés ce soir:
Crevettes et sauce co-ke-tail. Crevettes achetées en spécial, pré-cuites et congelées, chez Norref à environ 2,50$ pour 24 de petit calibre.Hors-d’oeuvre des maritimes (???) marque Choix du président, en spécial à environ 4,50$ pour 20 petits cakes.Collection (???) de hors-d’oeuvre Chinois qui ont la prétention de vouloir se clâmer “dim sum”, marque Choix du président, pas en spécial, à environ 7,50$ la boîte de 15.Pour accompagner tout celà de façon grandiose: une coupelle de sauce toute faite cocktail de marque Horn’s, une coupelle de sauce soja, une coupelle de pseudo sauce tartare préparé en deux secondes: mayo, poivre, relish, sambal oelek, jus de citron. Pas de légumes, ce soir, la santé n’existe pas! Bien entendu, on doit prévoir de la bière et du vin, au cas où ce serait un échec, histoire de ne pas scrapper la soirée.Verdict:Les crevettes: ce sont des crevettes pré-cuites, donc, elles ne sont pas super géniales, mais compte tenu du prix et de la rapidité de préparation, je donne un bon 7.5/10 car elles sont tout de même bien bonnes et la texture est moins pire que celle des immondes couronnes de crevettes surgelées. La sauce? 7/10 car oui, ça goûte cheap, mais surtout, c’est un voyage dans le temps pour pas cher (1,49$ le pot). Pour ceux que ça intéresse, j’ai fait dégeler les crevettes en les passant à l’eau froide par manque de temps.

Les “hors-d’oeuvre des maritimes” alias crab cakes et shrimp cakes. Dans la boîte, il y a deux barquettes, l’une de 10 cakes aux crevettes, l’autre de 10 cakes au crabe. J’adore les crab cakes, donc je fais cuire ceux-là. En plus, je suis agréablement surprise par la qualité des ingrédients qui entrent dans leur préparation: crabe bleu et crabe commun, mayonnaise, chapelure de blé grillée, maïs, poivron rouge, oeufs entiers, moutarde, fines herbes, jus de citron, épices, fécule de tapioca, arôme naturel, gomme, poudre d’ail, et huile de canola pour la friture. Ça pourrait ressembler à une recette que je ferais à la maison, mis à part la gomme de cellulose. Ils contiennent 45 calories par cakes, chose relativement acceptable pour un produit frit. La notice sur l’emballage recommande une cuisson de 16 à 18 minutes à 400 degrés (ils sont crus). Donc, je fais cuire les cakes, ça sent bon. Je les retourne après 9 minutes pile poil. Après 18 minutes, je trouve qu’ils semblent manquer de crunchi, mais je les sors tout de même et je les éponge sur du papier essui-tout. Constat: gros cercles d’huile sur le papier. Je ne sais pas si je suis contente ou écoeurée: oui, ça fait ça de moins dans mon ventre, mais ça veut dire que c’est pas mal gras.

Dégustation: Louis aime beaucoup. Moi, je reste sur ma faim. Oui, le goût est bon MAIS ça manque vraiment de punch. Un petit peu de cayenne aurait tout changé, j’en suis certaine! Niveau texture, il y a un problème, c’est beaucoup trop homogène et moelleux, on voudrait avoir des chunks de crabe, mais là, c’est une pâte de crabe qu’on trouve. Aussi, je prendrai soins pour la cuisson des cakes à la crevette de les faire très bien dorer au four, histoire d’obtenir une texture plus crunchy la prochaine fois. Par contre, la maïs et le poivron ont tout à fait leur place dans la préparation et ça reste, pour un truc usiné, surgelé et à rabais, tout à fait acceptable. La note? Un 6.5/10. Vous me trouvez difficile? C’est que le crab cake est VRAIMENT mon pêché mignon, et celui là est correct sans être magnifique, mais il suffirait de peu pour que ça soit un produit vraiment intéressant. J’en recommande tout de même l’achat pour un apéro pas compliqué à préparer, accompagné d’une petite bière et d’une sauce assez relevée.La “collection de hors-d’oeuvres Chinois”: Je dois avouer aimer beaucoup les dim sum, alors la possibilité d’en faire en 8 minutes à la maison me semble une excellente nouvelle et je suis presque vendue déjà au produit. Il y a 15 pièces dans la boîte, et trois sortes différentes de bouchées qui m’ont l’air toutes succulentes! Il y a d’abord les “shu mai au porc“: “dumplings farcis au porc avec châtaignes d’eau, oignons et champignons shiitake”, puis les “dumplings aux fruits de mer“, garnis de “crevettes et pétoncles avec tofu, oignons verts et gingembre dans une enveloppe mince”, puis finalement les “har gao aux crevettes“, avec leur “garniture aux crevettes avec chataîgnes d’eau dans une enveloppe mince et délicate”. Autre bonne nouvelle: ils sont jolis sur la boîte, mais aussi dans la boîte! Oui oui, pour une fois, le produit présenté ressemble au produit vendu. Je suis heureuse! La notice indique de ne pas faire dégeler avant cuisson, et de cuire le tout à la vapeur durant 8 minutes, en prenant soins d’huiler le contenant de cuisson, ce que je fais bien évidement.8 minutes plus tard… Dégustation! Non, en fait, avant de déguster, il faut sortir les dim sum du contenant de cuisson. Bonne chance. L’huile n’a pas été suffisante pour empêcher la pâte d’horriblement coller à la surface de mon cuit vapeur. Le fond de la plupart des bouchées reste collé à la surface de métal. Bon, j’imagine qu’avec 1 minute de moins de cuisson, ce serait déjà mieux. Aussi, plus d’huile, ou un papier à cuisson, ou de la fécule. Enfin, ça part mal mais si c’est bon, je pardonnerai. C’est LÀ que ça bascule. Alors que je me voûte jalousement au dessu de mon assiette pour m’assurer que Louis ne me chipera aucune molécule de MES dim sum et que je porte à ma bouche un “har gao aux crevettes”, mon monde d’espoir s’écroule. C’est… gluant, ça n’a pas de goût, d’une fadeur intense, quoi. J’ai de la peine… mais encore une étincelle d’espoir: il me reste deux autres saveurs, dont ma favorite j’en suis certaine, celle aux crevettes, tofu, pétoncles, oignons verts et gingembre. Avouez qu’avec des ingrédients pareil c’est impossible d’être mauvais. Et bien, oui, mesdames et messieurs, ça se peut. C’est de loin le pire des trois, en plus! Je termine par le shu mai au porc, qui, il faut se le dire, n’est pas TRÈS bon mais est tout de même passable. Je ne vous ferai même pas la description des ingrédients car honnêtement, ça semble presque bon mais et je ne veux pas vous inciter à acheter ça. J’ai tout de même appris grâce à ça qu’il existait de l’essence de pétoncles. Ça doit être quelque chose, immaginez!Calculez 37 calories par bouchée, ce qui semble peu, mais qui est innacceptable quand une chose est aussi insignifiante. Louis a tout de même mangé toute sa “collection de hors-d’oeuvres Chinois” ainsi que le 2/3 de la mienne sans se plaindre. La note: un 3/10 pour l’effort esthétique.