Il fait froid, vive le chou!



Il fait froid, il est temps de faire de la soupe, et au chou, c’est encore plus propice. Voilà une petite recette de soupe repas, “un délice” selon Louis, “à ne pas oublier au fond du frigo” toujours selon le mâle alpha du logement (comme si je faisais des plats “à oublier au fond du frigo”!!!!). Le truc pour que monsieur aime la soupe? Elle doit goûter la viande, pas juste un peu, elle doit goûter BEAUCOUP la viande et sentir le bacon, tant qu’à y être. Comment? Très simple! Premièrement, on fait un fond de veau avec des os qu’on va quêter chez notre boucher (gratos souvent, pas gratos quand on a négligé de se faire féminine, comme moi ce dimanche, qui n’avait pas envie de me brosser les cheveux ni de mettre autre chose que mon gros manteau duveteux, soyeux, chaud, confo, mais pas sexy… merde, ça m’a coûté 2$ pour un kilo d’os à moëlle, la prochaine fois, je vais entrer dans mon argent en me payant une robe neuve, un peeling facial et une manucure, et pourquoi pas une petite augmentation mammaire, rien de trop beau pour le boucher, et après ça, si mes os de sont pas gratuits… bien je deviendrai végétarienne!). Deuxièmement, on utilise l’épice qui goûte et sent la viande sans en contenir: le paprika fumé. Bien oui, ça goûte vraiment la viande, je ne déconne pas, c’est magique, mais il faut tout de même modérer les quantités, sinon, ça devient âcre. Où se procurer cette merveille? Moi, chez Olive et Épice, au marché Jean-Talon, mais il y en a un peu partout. Le paprika de qualité vient en général en boîte de métal, il coûte dans les 5 à 7$ pour une boîte qui vous durera assez longtemps. À quantité équivalente, je dirais que cette boîte vous coûtera même moins cher que ce que vous acheteriez à l’épicerie et qui ne gouterait rien du tout à part la poussière. Attention: il y en a deux différentes familles. Le paprika régulier, et le paprika fumé. Le paprika régulier vient en général de Hongrie (de doux à piquant) et le paprika fumé vient plutôt d’Espagne (encore là, de doux à piquant). Il y a aussi du paprika non fumé d’Espagne. Enfin, bref, regardez avant d’acheter pour ne pas être déçus. Moi, j’ai les deux et les deux sont très utiles.
Soupe au chou de Savoie, aux haricots blancs et au paprika fumé
Bouillon:1 kilo d’os de veau1 feuille de laurier2 gousses d’ail écrasées1 oignon coupé en 410 grains de poivre noir2 clous de girofleUn gros brin de thym fraiseau pour couvrir
Dans un grand chaudron, mettre tous les ingrédients, couvrir d’eau complètement puis amener à ébullition. Réduire le feu au minimum et laisser mijoter 2 à 3 heures. Passer le bouillon. Si il y a un peu de viande sur les os, la retirer et la mettre de côté. Je ne met jamais de sel dans mes fonds, j’attends de les utiliser pour saler en même temps que les autres ingrédients, celà permet de mieux jerrer la quantité de sel dans les recettes.
Soupe:1 c. soupe d’huile d’olive1/4 d’un gros chou de Savoie (ou 1/2 moyen, ou 1 petit…)2 grosses carottes2 branches de célery2 oignons moyens1 petit navet (ou 1/2 gros)1 poireau entier bien nettoyéFond de veau1 boîte de haricots blancs bien rincés1 c. thé de paprika fumésel et poivre du moulin
Faire revenir tous les légumes émincés dans un gros chaudron avec l’huile, saler. Mouiller à hauteur avec le fond de veau, ajouter les haricots blancs et la viande de veau le cas échéant, assaisonner avec le paprika, ajouter du sel et du poivre au goût. Laisser mijoter 20 à 30 minutes jusqu’à cuisson des légumes.