Bagels

Quand une soudaine envie de bagels s’empare de moi, j’attrape mon parfait petit manuel (The big book of breads, Anne Sheasby) et je passe à l’action. Le résultat est toujours parfait : des petits pains incroyablement moelleux dedans (ça, c’est l’effet “cuisson dans l’eau”) et vraiment croustillants dehors. Tout ce que j’aime !

Pour 12 bagels
30 cl d’eau
2 c à c d’huile de tournesol (j’ai mis de l’huile d’olive : je n’ai que ça dans ma cuisine)
450 g de farine
1,5 c à c de sel
1 c à s de sucre (pour la pâte)
1 sachet de levure boulangère instantanée
1 c à s de sucre (pour l’eau de cuisson)
un peu de lait pour dorer
2 c à s de graines de sésame (ou de pavot, ou de carvi…)

Mélanger la farine, le sel, la levure et le sucre dans un grand saladier. Ajouter l’huile et suffisamment d’eau pour former une pâte bien souple. Pétrir la pâte sur une surface farinée jusqu’à ce qu’elle soit lisse et élastique. Réserver et laisser lever dans un endroit chaud jusqu’à ce que la boule ait doublé de volume.
Enfoncer la pâte et la couper en 12 morceaux. Façonner chaque portion en boule, puis en anneau (en faisant un trou au centre de chaque boule avec le manche d’une cuillère en bois). Les trous doivent être assez grands car ils vont légèrement se refermer pendant la fermentation. Poser les anneaux sur une plaque huilée et laisser lever jusqu’à ce qu’ils aient doublé de volume (env. 45 min.).

Préchauffer le four à 200°C (th. 6-7).

Faire chauffer une grande casserole d’eau (additionnée d’une c à s de sucre). Poser délicatement les bagels dans l’eau (par 3 ou 4) et laisser frémir 3 minutes en les retournant à mi-cuisson. Égoutter les bagels et les remettre sur la plaque de cuisson. Les badigeonner de lait et les parsemer de graines de sésame.
Mettre au four pendant 15 à 20 minutes (ou davantage si vous les préférez un peu plus dorés). Laisser refroidir (pas trop) sur une grille et couper en deux avant de servir.
Si vous les mangez plus tard, ils seront parfaits coupés en deux et toastés. Il ne reste plus qu’à se décider : fromage ou confiture ?

ps : inutile de dire que tout ça marche à la perfection avec une machine à pain (programme “pâte”).