La façon japonaise d’économiser de l’argent qui vous aide à passer le mois en douceur

La hausse des prix semble sans fin, des produits de supermarché aux factures, arriver à la fin du mois devient de plus en plus difficile. Heureusement, il existe une méthode japonaise qui permet d’organiser ses finances et de faire des économies .

Le nom de la méthode est kakebo (mais prononcé kakibo) et promet, entre autres, de pouvoir mettre de côté jusqu’à 30% du salaire, du moins au Japon. C’est une méthode très simple, créée il y a plus d’un siècle, qui a aidé de nombreuses personnes à organiser au mieux leurs finances.

La méthode kakebo a été créée en 1904 par Hani Motoko, considéré comme le premier journaliste japonais. La méthode a ensuite été relancée à plusieurs reprises au cours du siècle dernier, enrichie et adaptée à notre époque.

Comment mettre en pratique la méthode kakebo

  1. Il est nécessaire d’avoir un agenda ou un cahier dédié à la méthode kakebo. Vous devez y conserver tous les reçus qui justifient les paiements. Si un paiement est effectué sans reçu, il doit être écrit sur un morceau de papier.
  2. Dans le cahier, vous devez d’abord noter tous les revenus mensuels.
  3. Toutes les dépenses mensuelles fixes sont ensuite inscrites : loyer, supermarché, services (électricité, gaz, eau), acomptes, gymnases, etc.
  4. Organisez toutes les dépenses et recettes en quatre catégories principales : survie (maison, transport, nourriture et frais médicaux), culture (livres, théâtre, cinéma), options (vêtements, accessoires, cigarettes, restaurants), extras (dépenses imprévues telles que des cadeaux d’anniversaire , voyages, réparations automobiles).
  5. Chaque catégorie doit se voir attribuer une couleur.
  6. À la fin du mois, la partie la plus évidente, vous devez calculer combien d’argent est entré et combien est sorti.

Jusqu’à présent, la méthode peut être décrite comme une simple note de frais, mais ce n’est pas tout.

Méthode Kakebo : la clé pour économiser

Sur une feuille de papier, vous devez écrire les questions suivantes et y répondre avant de faire tout achat qui n’est pas un achat de survie :

  • Puis-je vivre sans ce que je suis sur le point d’acheter ?
  • Compte tenu de ma situation financière, puis-je me le permettre ?
  • Vais-je vraiment l’utiliser ?
  • Ai-je de la place pour le stocker ?
  • Quel est mon état émotionnel en ce moment ?
  • Comment est-ce que je me sens à l’achat? Et combien de temps ce sentiment durera-t-il ?

Ces questions nous permettent de réfléchir à l’importance de chaque achat et si c’est vraiment quelque chose que nous pouvons acheter sans avoir de répercussions négatives.

En cas de réponse positive à toutes les questions, nous saurons alors que l’achat est sûr et que nous pouvons nous le permettre.

L’une des questions les plus importantes auxquelles il faut répondre avec sincérité est celle de l’état émotionnel. Il arrive que lorsque nous nous sentons ennuyés ou stressés, nous fassions des achats inutiles ou impulsifs.

A la fin du mois, quand vient le temps des comptes, nous avons besoin de voir combien, comment et à quoi nous avons dépensé notre argent. Dans ce cas, il est important de faire le point en répondant à quatre questions clés.

  • Combien d’argent ai-je économisé ?
  • Combien d’argent aurais-je voulu économiser ?
  • Combien d’argent est-ce que je dépense vraiment ?
  • Que changerais-je le mois prochain pour m’améliorer ?

Étant une méthode manuelle, le kakebo nous permet de prendre conscience de la façon dont nous dépensons notre argent et nous oblige à réfléchir à nos objectifs financiers.